Derniers commentaires

Aucun commentaire.

Calendrier

Mai 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Archives

 
02 Sep 2013 

sida : les essentiels ( forum : http://www.sidasante.com/forum )

une escroquerie médicale de plus ?

Et si tout ce que vous avez appris à propos du $IDA était faux ? Cette œuvre est le fruit de plus de quatorze années de recherche, d’accumulation de documents exceptionnels et du travail de nombreux bénévoles.

C’est le site officiel de Duesberg

Le site contient plus de 1500 pages avec plus de 1000 articles.

2662 personnes : médecins, scientifiques, journalistes et autres

Un groupe croissant de scientifiques dit que le virus du SIDA est innoffensif et que le SIDA n’est pas contagieux.

Le forum

synthèse
Vous trouverez dans cet article un peu spécial (et unique sur le web!) de nombreuses informations apportant des éléments de réponse à la question suivante : "Le VIH est-il vraiment la cause du SIDA ?"
02 Sep 2013 

sida

Nous avons créé ce site pour vous Aider à trouver votre chemin à travers CES CRAINTES vous Aidant à Mieux comprendre les données médicales Concernant votre diagnostic
 
VIH / SIDA : une escroquerie trompeuses et mortelles

VOUS NE DEVEZ JAMAIS FAIRE DE DEPISTAGE DU VIH ! Ce diagnostic et le pronostic sont un ramassis de mensonges. Si vous êtes malade, la la dernière chose dont vous avez besoin est un test du VIH ou des médicaments toxiques.
 
UN MÉDECIN JOUE SA VIE EN DIRECT POUR PROUVER QUE LE VIRUS HIV N'EST PAS LA CAUSE DU SIDA
J’ai eu beaucoup de diffi culté à faire changer les idées reçues (…). Le mythe le plus dur à faire tomber est que la pauvreté est le facteur déterminant de la forte prévalence du VIH dans les pays en voie de développement.
 
180000 américains n'auraient pas le SIDA s'ils déménageaient
 
Témoignage sur le fascisme médical et le sida
 
L'origine du SIDA et du VIH ne peut pas être ce que vous avez appris
 
Dans une conspiration du silence aux conséquences mortelles, les autorités médicales ignorent l'évidence monumentale selon laquelle le VIH ne se transmet pas par les relations sexuelles
 
"Il ya un siècle, ils ont laissé des patients meurent en niant que les germes avaient quelque chose à voir avec les maladies. Aujourd'hui, ils peuvent être les laisser mourir en insistant pour que le germe est tout." ~ Dr. Robert Scott Root-Bernstein ~ ~ Dr Robert Scott Root-Bernstein
 
la fraude le plus odieux et de génocide dans l'histoire médicale.
 
De nombreux experts soutiennent que le sida n'est pas une mortelle, maladie incurable causée par le VIH?
 
M. Al-Bayati a les connaissances et l’expertise pour évaluer les effets sur la santé résultant de réactions indésirables aux médicaments et / ou des vaccins chez les enfants et les adultes.
 
Le VIH / Débat sur ​​le SIDA
 
plus de 2600 personnes qui ont remis en cause tout ou partie de la connexion entre le VIH et le SIDA, dont un grand nombre de médecins et de scientifiques.
 
IL N'Y A AUCUNE PREUVE QUE LE SEXE TRANSMETTE LE SIDA !
 
On survit au sida, mais on ne survit pas à l'AZT. Le sida est-il causé par l'usage des drogues, médicaments et vaccins?
 
pas de lien entre le VIH et le SIDA
 
Les règles pour définir un malades du sida n'ont cessé de varier afin de maintenir le nombre de victimes du sida le plus élevé possible et, par conséquent, tenter de justifier les dépenses en cause.
 
forum sida santé
discution
 
L'infection à VIH n'est pas la cause du sida
 
Synthèse des sujets sur le SIDA dédiée à Mark Griffiths
 
noslibertes.org
 
Toutes les incohérences ci-dessous peuvent être vérifiées par une recherche indépendante. La persistence du dogme VIH=SIDA=Mort est vraiment incroyable face à tant de faits scientifiques.

J’ai eu beaucoup de diffi culté à faire changer les idées reçues (…). Le mythe le plus dur à faire tomber est que la pauvreté est le facteur déterminant de la forte prévalence du VIH dans les pays en voie de développement..

noslibertes.org

Qu'est ce que le sida ?
Le sida est-il causé par le virus VIH seul ou... par l'usage des drogues, médicaments et vaccins ?
 
Une nouvelle étude montre que les médicaments contre le sida sont aussi efficace que la pauvreté et la malnutrition.
02 Sep 2013 

le danger des médicaments

"..Il existe des remèdes efficaces à la plupart des infections opportunistes aggravantes. Par contre les médicaments , AZT, ddI, proposés contre le virus lui-même, ont davantage fait la preuve de leurs effets secondaires que de leur efficacité.."

Les médicaments du sida
"Les médicaments employés dans le traitement du SIDA sont les causes établies d'immuno-déficience. L'AZT tue aussi bien les cellules saines que les cellules malsaines. L'AZT est inutile si ce n'est pour commettre des meurtres légaux."

névitapine (viramune)
Cet article est divisé en quatre parties: La première partie concerne l'histoire et les licences de la névirapine aux États-Unis et en Europe, et décrit sa pharmacologie et de ses effets toxiques; la deuxième partie révèle les circonstances extraordinaires dans lesquelles le médicament a été homologué au Canada; la troisième partie se penche sur un Sud-africain de première instance de médicaments cliniques impliquant des médicaments névirapine et d'autre part, avorté par ordre du Conseil de contrôle des médicaments en Avril 2001, après une série de graves réactions toxiques
 
ATTENTION: LA VIE EN DANGER (Y COMPRIS FATAL) hépatotoxicité et réactions cutanées
 
Parfois grave et mortelle des réactions d'Hypersensibilité Ont Été associées à Ziagen (abacavir sulfate).
 
- syndrome de stevens johnson - syndrome de lyell
 
Des morts associés à l'administration des sulfamides, bien que rares, sont survenues à cause de sévères réactions, y compris syndrome de Stevens Johnson , nécrolyse épidermique toxique, FULMINANTE nécrose hépatique, agranulocytose, anémie
 
"comment ne pas se faire tuer par son docteur"
 
"il est plus difficile d'arrêter les benzodiazépines que l'héroïne" prof Lader 1999
 
antidépresseurs, somnifères, benzodiazépines

truvada provoque le syndrome de stevens-jonhson
En mai, 13, 2012: 7.317 personnes ont déclaré avoir des effets secondaires lors de la prise de Truvada. Parmi eux, 65 personnes (0,89%) ont de Stevens-Johnson, syndrome.


"Je dis même que l’AZT, c’est le sida sur ordonnance"
LE SIDA par Sylvie Simon

La Vérité sur l’AZT

En 1964 un chercheur américain en quête de traitements anticancéreux met au point l’AZT. Mais la molécule tombe dans l’oubli. Pourquoi ?
Parce que des tests d’AZT sur des souris cancéreuses ont montré que l’AZT détruisait si efficacement les cellules saines en croissance que les souris finissaient par mourir en raison de la grande toxicité du produit. L’AZT a donc été mise de côté, et aucune demande de brevet n’avait été déposée.

02 Sep 2013 

des solutions

02 Sep 2013 

Justice, class action, avocats...

Avocats, condamnations, class action...
02 Sep 2013 

quelques livres

Les voix commencent à se délier au sujet des estimations des agences de santé internationales ... Avec son livre sur l’épidémie du sida, James Chin, l’ancien directeur du programme mondial du sida à l’OMS, a jeté un pavé dans la mare du « politiquement
 
gratuitement en ligne
 
 
L'AZT est inutile si ce n'est pour commettre des meurtres légaux !
 
Les 10 plus gros mensonges sur le SIDA
Le sida est un scandale médical totalement emblématique de notre époque, tant par le tapage médiatique dont ce syndrome est l'objet que par les conséquences dramatiques de la mauvaise interprétation des phénomènes de défi cience immunitaire. Parmi les mill
 
les docteurs MENGELE de la SS ne sont pas loin de réssusciter...
 
L'histoire vraie d'un médecin américain découvrant qu'il est atteint du sida.
 
Il relance le débat sur les pratiques mafieuses de la médecine conventionnelle.
 
La théorie VIH du SIDA, incohérence scientifique !
La science a-t-elle vendu son âme au diable ?
 
gratuitement en ligne
 
gratuitement en ligne
 
gratuitement en ligne

Sida : Supercherie scientifique et arnaque humanitaire
La désinformation orchestrée par certains groupes d’influence dépasse tout ce que l’on peut imaginer. Elle a permis de collecter de colossales subventions provenant en majeure partie de l’argent public. Le lobby du virus ne peut plus faire machine arrière,
02 Sep 2013 

mensonge traitement VIH

02 Sep 2013 

video : LUC MONTAGNIER AVOUE: "ON PEUT GUÉRIR DU SIDA"

URGENT SIDA ! : LUC MONTAGNIER AVOUE : "ON PEUT GUÉRIR DU SIDA"

Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, découvreur du soit disant virus du Sida retourne sa veste. Il annonce la fin de la supercherie très lucrative du SIDA qui en plus d'avoir conduit a la mort médicamenteuse des millions d'êtres humains a travers le monde, rapporte encore des milliards de dollars! Il annonce donc publiquement que l'on peut guérir du SIDA, une vraie bombe atomique pour la recherche qui est en train de concocter un bon vieux vaccin histoire de continuer a ramasser des milliards d'euros !
URGENT SIDA! LUC MONTAGNIER AVOUE:"ON PEUT... par passmendjambe
02 Sep 2013 

L'imposture scientifique du SIDA


L'imposture scientifique du SIDA par planeteinfotv
02 Sep 2013 

SIDA, LA CHOQUANTE VÉRITÉ

02 Sep 2013 

VIH=SIDA : Fait ou fraude? les 10 raisons scientifiques


VIH = SIDA, fait ou fraude VOSTFR 1/7 par PassFred
VIH = SIDA, fait ou fraude VOSTFR 2/7 par PassFred
VIH = SIDA, fait ou fraude VOSTFR 3/7 par PassFred
VIH = SIDA, fait ou fraude VOSTFR 4/7 par PassFred
VIH = SIDA, fait ou fraude VOSTFR 5/7 par PassFred
VIH = SIDA, fait ou fraude VOSTFR 6/7 par PassFred
VIH = SIDA, fait ou fraude VOSTFR 7/7 par PassFred
02 Sep 2013 

L’imposture scientifique VIH=SIDA décryptée

 

 

Le magasine d’information scientifique alternative Nexus n’y
va pas de main morte pour son édition de mars-avril 2012, avec la
publication d’un dossier conséquent sur ce qu’on appelle souvent
“l’hypothèse dissidente” de la cause du Sida.



J’ai souvent abordé ce sujet sur
ce blog et il est très encourageant, pour faire monter ce débat au-delà
d’un groupe d’initiés et le positionner clairement dans le champ du
grand public, qu’un magasine plutôt généraliste tel Nexus aborde un
sujet qui est  un sujet politique, industriel et financier tout autant
que scientifique. Certes celle-ci n’est pas la première initiative
visant à faire connaitre ce débat troublant, on peut noter entre autres
le documentaire de 2009 House of Numbers et le livre “les 10 plus gros mensonges sur le Sida”
co-écrit en 2005 par le Dr Etienne de Harven et le
journaliste Jean-Claude Roussez.  sans parler d’innombrables articles de
blogs, sites, reportages et livres dont le premier fut, sans doute,
“Inventing the AIDS virus” publié en 1996 par le Prof Peter Duesberg,
lui-même devenu le “père fondateur” de cette “dissidence” et souvent
mentionné dans ce dossier Nexus, que je recommande vivement.



Néanmoins il en faudra sans doute bien plus avant que cette affaire
n’éclate au grand jour et, telle un Watergate faisant s’effondrer un
empire politico-pharmaco-financier basé sur l’hypothèse VIH=Sida, fasse
en même temps s’effondrer la confiance d’une grande partie de la
population envers les procédés ”scientifiques” soumis à
des contraintes de rentabilité commerciale ou récupérés par des intérêts
politiciens. A côté de ceci, le Médiator et les prothèses PIP c’est de
la petite bière.
02 Sep 2013 

L’INVENTION du VIRUS du SIDA - Peter H. Duesberg



L’INVENTION du VIRUS du SIDA - Peter H. Duesberg
Sortie 15 juin 2012

Le VIH n’est pas la cause du SIDA… Le SIDA n’est pas sexuellement transmissible… Les médicaments antirétroviraux provoquent des maladies symptomatiques du SIDA…

Tels sont les arguments du Dr. Peter Duesberg, un des plus prestigieux microbiologistes
du monde, membre de la National Academy of Sciences des États-Unis, pionnier de la
virologie et de la rétrovirologie.

• Si le VIH est la cause du SIDA, pourquoi des milliers de victimes du SIDA n’ont-elles jamais été infectées par le VIH ? Le courant scientifique dominant a éludé cela en inventant une autre nouvelle maladie afin de désigner ces cas de SIDA séronégatif : le manque de lymphocytes CD4 T dû à une cause inconnue.

• Pourquoi des centaines de milliers de personnes ayant été, depuis de nombreuses années, infectées par le VIH, sont-elles demeurées en parfaite santé ? Le courant dominant a appelé ces personnes des « contrôleurs d’élite » mais n’a jamais été en mesure de fournir la moindre explication à ce phénomène qui pourrait conduire au vaccin depuis longtemps promis.

• Pourquoi Luc Montagnier, le découvreur du virus VIH, affirme-t-il désormais que ce virus ne peut être la seule cause du SIDA ?

• Pourquoi n’a-t-on encore pu mettre au point aucun vaccin, après plus de vingt-sept années de recherches ayant englouti plusieurs dizaines de milliards de dollars, alors que Jenner avait produit le premier vaccin antiviral contre la variole au départ d’une vache atteinte de la vaccine. Cela en 1796 (!), en moins d’une année et pour une somme de dépassant pas 60 livres sterling ?

Dans L’Invention du Virus du SIDA, Peter Duesberg soutient que le SIDA est une épidémie de nature toxique (chimique) et non virale. N’étant, par conséquent, pas contagieux, il ne peut être traité par un vaccin, et se trouve en corrélation avec une consommation à long terme de drogue et/ou de médicaments antiviraux, ou encore avec les conséquences biochimiques de la pauvreté et de la malnutrition.

PETER DUESBERG est professeur de biologie moléculaire et cellulaire de l’Université de Californie à Berkeley, pionnier en matière de recherche sur les rétrovirus, premier scientifique à avoir isolé un gène du cancer, et récipiendaire de l’ « Outstanding Investigator Grant » du « National Institutes of Health ». Ses articles mettant en doute l’hypothèse VIH/ SIDA ont été publiés dans des revues scientifiques telles que « The New England Journal of Medicine », « Science », « Nature », « The Lancet », « British Medical Journal », « Proceedings of the National Academy of Sciences » et « Cancer Research ».
02 Sep 2013 

Le test du sida pas fiable

02 Sep 2013 

Les médicaments antiviraux inutiles, mais lucratifs

02 Sep 2013 

SIDA, JE NE MOURRAIS PAS EN SILENCE !

02 Sep 2013 

The Other Side of AIDS (anglais)

02 Sep 2013 

Faux Positif : le témoignage d'un survivant

Faux Positif : mon témoignage

Et un jour, autrement ...

Nous sommes à Lyon, le 09 février 2005, je suis assis dans un fauteuil assez confortable en face de mon médecin traitant, le docteur Garnier. Cet entretien n'était pas prévu avant la fin de la semaine. A ce moment-là j'étais, depuis deux jours, dans l'attente de mes résultats de séropositivité. Le docteur Garnier me regarde, les yeux attendris par l'annonce qu'il doit me faire : “Mr Berthelet, vos tests sérologiques à VIH sont positifs. Il faut que vous vous rendiez au plus vite à l'hôpital de la Croix-Rousse, au service des maladies infectieuses et tropicales, afin de rencontrer le professeur Chidiac qui se chargera de vous expliquer, le plus clairement possible, la situation dans laquelle vous vous trouvez.”

“Quoi ! J'ai le sida !?” Sans remettre une seule seconde en question la validité de cette affirmation qui venait de résonner dans la partition de ma conscience, je prends mon téléphone portable afin de joindre la femme qui est aujourd'hui mon épouse. Elle est alors en Tunisie pour des raisons professionnelles. Je m'empresse de lui annoncer cette nouvelle, qui bouleverse aujourd'hui encore le cours de notre existence. J'organise son retour sanitaire afin d'entamer au plus vite le protocole d'analyses médicales. Je prends la route pour l'aéroport de Roissy Charles de Gaule, où j'arrive tel un zombie à une heure du matin. Nous rentrons sur Lyon immédiatement, perdus dans l'angoisse morbide qu'elle ait été, elle aussi, contaminée... par moi. Perdus mais heureux, ensemble. Le lendemain, après des heures d'une attente insoutenable, le verdict tombe : Hélène est séronégative. Je ne serai pas son meurtrier.

La suite des événements peut se résumer de la sorte : séjours au sein de services hospitaliers glauques aux couleurs ternes, visages de patients effondrés, mutilés, corps déformés, silence lancinant... de nombreuses analyses sanguines... et leurs résultats : POSITIF à DEUX tests ELISA, POSITIF à deux tests WESTERN BLOT, PCR démontrant un taux de Lymphocytes TCD4 alarmant (256), une charge virale de 116 000 copies et une candidose oropharyngée dont l'ensemble des services hospitaliers s'efforce de nier l'existence. Pour le corps médical lyonnais, la candidose reste une maladie opportuniste et non la cause de positivité de ces tests.

A entendre le professeur Chidiac, je suis en fin de vie, mon état de santé est préoccupant, et je dois au plus vite prendre du Trizivir ! D'un côté, il me conseille fermement de ne pas lire les contre-indications fournies par les fabriquants de ce produit, ni la liste de ses effets indésirables, de ne porter aucune attention à la littérature farfelue en circulation sur internet et surtout, de ne pas écouter les vendeurs de miracles !
De l'autre, il m'invite à signer un document dans lequel je l'autorise à transmettre mon dossier médical à des tiers non identifiés !... après le grotesque, là, cela devient louche...
Il insiste et conclut sur le fait que je suis “malade du sida”. Ne pas suivre ses recommandations, c'est signer mon arrêt de mort dans les six mois.

Hélène et moi sortons du cabinet abasourdis par ce discours, seuls devant cette annonce d'une proximité de la mort que nous n'avions pas prévue, ni même envisagée. Deux jeunes êtres épris l'un de l'autre, effondrés dans ce couloir de la mort menant aux portes du spécialiste lyonnais des maladies infectieuses ! Un gouffre pour la psyché ! et un effondrement...

Courage ! Elle est là !
Et elle le sera toujours, avec ses caresses, ses encouragements, son écoute, son sourire ; elle m'aime, je l'aime. Qu'importe ce qui peut arriver, nous sommes heureux. L'annonce de mon état aux différents proches nous confirme l'importance des belles rencontres de la vie.

Agir ! S'informer ! Apprendre ! Analyser !
Ce qui n'aurait dû être qu'un long et banal parcours thérapeutique se transforme très vite en une enquête terriblement passionante.
C'est Hélène qui fait la preuve du plus grand courage et de la plus simple détermination dans l'accompagnement de cette épreuve. Elle me nourrit en tout, moi, le porteur de mort, le porteur de ce virus fatal qui nous empêchera probablement de construire une famille... C'est une nouvelle expérience qui s'étiole jusqu'à cette belle soirée de printemps, où Hélène me tend un ouvrage co-écrit par Jean-Claude Roussez et Etienne de Harven, éminent anatomopathologiste et spécialiste de la microscopie électronique, qui annonce, à qui veut bien l'entendre, que le lien de causalité entre le VIH et le sida est fortement remis en question par un groupe toujours grandissant de scientifiques internationaux.

Cette lecture d'espoir me transporte jusqu'au petit matin. Je me connecte alors sur internet, dans l'intention de vérifier par moi-même le contenu des documents cités en référence dans cet ouvrage. Ce que j'y découvre est édifiant ! Les plus grands experts du monde scientifique moderne alertent la population depuis plus de 20 ans sur la non-validité des tests de séropositivité, sur leur “non-spécificité” et sur le rôle mineur tenu par le VIH dans le syndrome d'immunodéficience acquis.

Après de nombreuses heures de recherche, temps libre généreusement offert par mes employeurs,
je prends finalement la décision de mettre un terme à cette image de ma mort inéluctablement associée au sida. La rencontre avec le professeur Etienne de Harven est hautement instructive. Parmi tant d'autres informations, Etienne de Harven nous annonce que le créateur de la technique utilisée pour le décompte de ces fameux CD 4, le professeur Kary Mullis, Prix Nobel de chimie en 1993 pour la mise en place de la technique de PCR, déclare lui-même depuis 1996 que sa technique ne permet en rien de définir un diagnostic à VIH 1, VIH 2 et HVC !... Toute l'Histoire du sida serait fausse... Le sida ne serait ni contagieux, ni sexuellement transmissible... Et le VIH ne serait certainement pas à son origine...

Nos convictions profondes, à Hélène et moi, s'avèrent exactes ! Je ne suis pas malade du sida et je n'héberge aucun vilain virus s'attaquant à mon système immunitaire. J'ai une candidose oropharyngée, et c'est bien suffisant ! Je suis un nouveau “faux positif” de plus sur la liste...
J'ai juste la désagréable particularité de vouloir lutter contre l'ignorance du personnel des services de santé publique, qui veut que je sois “malade du sida”, et en aucun cas “en phase de développement d'un candida”. Je suis contraint et forcé, pour la bonne gestion de ma santé, dans le seul but d'obtenir la liberté de choix de traitement thérapeutique, de faire appel au Droit Constitutionnel, Art.3 de la Déclaration de Droits de l'Homme du 10 décembre 1948 : 
“Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ”.

J'ai bel et bien été à deux doigts de faire les frais d'une erreur d'interprétation médicale de la part des services de santé de Lyon. Ce type d'erreur dans la lecture des tests ELISA, WESTERN BLOTT et PCR continue aujourd'hui encore de se répéter et entraîne un cortège de souffrances chez des hommes, des femmes et des enfants traités chimiquement pour des maux dont la cause prétendue et non avérée se nomme sida.

J'ai réussi à me sortir indemne de cette histoire, sans subir de traitements inapropriés, j'ai soigné ma candidose et je suis dans une forme rayonnante, aux côtés de ma femme, avec qui je consacre aujourd'hui une bonne partie de mon temps à informer la population de ce qui est et restera une bourde médicale morbide passée sous silence !

Un survivant.           

--
Copyright original : Bruno Berthelet
Copyright (C) 2000 Free Sofware Foundation, inc
59 Temple Place, Suite 330, Boston, MA 02111-1307 USA
02 Sep 2013 

SIDA : Le doute


02 Sep 2013 

23.000 enfants cobayes à New-York qui n’intéressent personne


Les enfants cobaye Part 1.2 par Alchimie33
Les enfants cobaye Part 2.2 par Alchimie33
02 Sep 2013 

Les dix plus gros mensonges sur le SIDA

02 Sep 2013 

LES 10 PLUS GROS MENSONGES SUR LE SIDA (DR. DE HARVEN)


LES 10 PLUS GROS MENSONGES SUR LE SIDA (DR... par passmendjambe
02 Sep 2013 

LES 10 PLUS GROS MENSONGES SUR LE SIDA (DR. DE HARVEN)


LES 10 PLUS GROS MENSONGES SUR LE SIDA (DR... par passmendjambe
02 Sep 2013 

Reportage sur la conférence dissidente VIH/SIDA, Pont du Gard, juin 2012

Le rapport :

Les 21 et 22 juin se tenait à Vers-Pont-du-Gard une conférence internationale intitulée “How to break the HIV/AIDS paradigm”, ou “Comment briser le paradigme VIH/SIDA”, organisée par le groupe Rethinking AIDS. Les lecteurs de ce blog savent que je m’intéresse depuis longtemps à la polémique opposant la médecine officielle et plusieurs groupes “dissidents” sur la question de la cause réelle du SIDA et la manière de traiter cet état de déficience immunitaire. Pour faire très court, la position “dissidente” est que

  • Le VIH reste un virus tout à fait hypothétique et qui de toute manière n’a rien à voir avec l’état SIDA en tant que tel.
  • Le SIDA n’est pas une maladie infectieuse mais est un état de déficience immunitaire lié à une multitude de facteurs allant de la malnutrition à la prise inconsidérée de drogue, en passant par des états psychologiques générant peurs et angoisse.
  • Les tests de séropositivité ne sont pas spécifiques au VIH, génèrent de nombreux faux-positifs liés à de nombreux facteurs physiologiques spécifiques (tel la grossesse) et sont, du fait que les séropositifs sont poussés à la consommation médicamenteuse, autant un danger pour la santé publique qu’une manne pour l’industrie pharmaceutique.

J’ai participé à cette conférence et réalisé un petit documentaire avec quelques extraits d’exposés de personnalités invitées (notamment les Dr Nancy Turner Banks et Etienne de Harven), et surtout d’interviews avec plusieurs participants,  simples particuliers ayant une implication personnelle dans la question du SIDA en qualité de séropositifs, de militants ou d’observateurs. Cette vidéo est disponible ci-dessous.

Le thème de la conférence était: comment s’attaquer au paradigme dominant depuis 30 ans et associant sans partage l’état SIDA à l’infection par un rétrovirus, à l’identité floue, nommé VIH. Les textes de scientifiques attaquant cette hypothèse sont légion, une recherche sur Internet fera rapidement ressortir des noms tels que Peter Duesberg, Mark Griffiths, Kary Mullis et des dizaines d’autres spécialistes de ces questions. Il est très difficile d’évaluer le nombre de militants ou sympathisants à la cause dissidente, pour des raisons assez évidentes: d’une part le risque est grand de se voir stigmatiser par l’establishment de “négationniste” et autres insultes – ce qui peut avoir des effets néfastes à titre aussi bien privé que professionnel. D’autre part cette question n’affecte et n’intéresse finalement que très peu de gens dans nos régions, la vaste majorité n’ayant aucune raison de s’attacher à remettre en question une construction médicale aussi éloignée des préoccupations quotidiennes que solidement ancrée dans les esprits par un marketing massif.  Néanmoins des gens sont constamment désinformés, soumis à la dictature médicale, malades et angoissés. L’argent du VIH/SIDA maintient la corruption des services de santé publique et de recherche par un permanent conflit d’intérêt, les “experts” censés conseiller ces services étant en même temps à la solde d’une industrie pharmaceutique qui gagne des milliards avec les tests et les tri-thérapies. Un demi-continent, l’Afrique noire, est stigmatisé pour une conduite sexuelle supposée générer des dizaines de millions de sidéens. Il y a donc dans cette polémique un enjeu fondamental moral mais aussi scientifique (l’allocation des fonds de recherche), de santé publique et de géopolitique. Ma propre motivation dans cette affaire n’est pas la défense de tel ou tel point de vue, mais de mettre ces questions sur la place publique et de casser le monopole de l’expression et de l’argent détenu par le camp officiel. J’estime, effectivement, que les questions qui planent sur la théorie officielle méritent des réponses.

Alors quel avenir pour le mouvement dissident? Un aspect de cette réunion très ensoleillée de Vers fut la rencontre de points de vue différents qui s’accordent sur le fait que le SIDA n’est pas un problème virologique, mais ne s’accordent pas sur la nature exacte du “SIDA” et donc sur les solutions à proposer. Certains pensent que le SIDA est uniquement une construction médicale regroupant un certain nombre de maladies connues dans un “package” vendu au public et utilisé pour le contrôle par la peur. Il convient alors de s’attaquer à la construction elle-même et laisser les médecins soigner les gens pour les maladies qu’ils ont vraiment, et uniquement celles-là. La notion de test fut souvent abordée, quels tests effectuer pour avoir une idée réaliste de son état immunitaire? Quel est l’importance des facteurs environnementaux et psychologiques? Il y avait dans l’assemblée plusieurs séropositifs confrontés à des questions littéralement existentielles et qui, au-delà des aspects scientifiques et politiques, venaient aussi chercher sinon des réponses définitives, du moins des pistes concrètes.

Il est clair qu’à de rares exceptions près tel Nexus,  les médias ne se mouillent pas dans cette affaire. Une raison évidente pour les médias grand public est leur dépendance envers les budgets publicitaires de l’industrie pharmaceutique, et pour les autres sans doute la peur du retour de flamme garanti à aborder un sujet aussi énorme. En effet, le mélange de la mort, du sexe et de l’argent n’est pas fait pour engendrer des réactions rationnelles, tout au contraire.

Une journaliste présente à la conférence a publié cet article sur le webzine Ouvertures.


HIV/AIDS dissident conference, June 2012, South... par rhubarbare
08 Mar 2016 

Afrique : des maladies redéfinies comme Sida

16 Mai 2016 

Le SIDA ne s'attrape pas par l'activité hétérosexuelle

16 Mai 2016 

Kary Mullis en 1995 "Le VIH n'est pas la cause de la maladie SIDA" Quand douter était possible

16 Mai 2016 

SIDA - analyse des preuves de l'existence du VIH