Derniers commentaires

Bonjour tout le monde, je suis ...

30/11/2016 @ 10:52:01
par cindy


Calendrier

Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

 
02 Sep 2013 - 17:30:48

Reportage sur la conférence dissidente VIH/SIDA, Pont du Gard, juin 2012

Le rapport :

Les 21 et 22 juin se tenait à Vers-Pont-du-Gard une conférence internationale intitulée “How to break the HIV/AIDS paradigm”, ou “Comment briser le paradigme VIH/SIDA”, organisée par le groupe Rethinking AIDS. Les lecteurs de ce blog savent que je m’intéresse depuis longtemps à la polémique opposant la médecine officielle et plusieurs groupes “dissidents” sur la question de la cause réelle du SIDA et la manière de traiter cet état de déficience immunitaire. Pour faire très court, la position “dissidente” est que

  • Le VIH reste un virus tout à fait hypothétique et qui de toute manière n’a rien à voir avec l’état SIDA en tant que tel.
  • Le SIDA n’est pas une maladie infectieuse mais est un état de déficience immunitaire lié à une multitude de facteurs allant de la malnutrition à la prise inconsidérée de drogue, en passant par des états psychologiques générant peurs et angoisse.
  • Les tests de séropositivité ne sont pas spécifiques au VIH, génèrent de nombreux faux-positifs liés à de nombreux facteurs physiologiques spécifiques (tel la grossesse) et sont, du fait que les séropositifs sont poussés à la consommation médicamenteuse, autant un danger pour la santé publique qu’une manne pour l’industrie pharmaceutique.

J’ai participé à cette conférence et réalisé un petit documentaire avec quelques extraits d’exposés de personnalités invitées (notamment les Dr Nancy Turner Banks et Etienne de Harven), et surtout d’interviews avec plusieurs participants,  simples particuliers ayant une implication personnelle dans la question du SIDA en qualité de séropositifs, de militants ou d’observateurs. Cette vidéo est disponible ci-dessous.

Le thème de la conférence était: comment s’attaquer au paradigme dominant depuis 30 ans et associant sans partage l’état SIDA à l’infection par un rétrovirus, à l’identité floue, nommé VIH. Les textes de scientifiques attaquant cette hypothèse sont légion, une recherche sur Internet fera rapidement ressortir des noms tels que Peter Duesberg, Mark Griffiths, Kary Mullis et des dizaines d’autres spécialistes de ces questions. Il est très difficile d’évaluer le nombre de militants ou sympathisants à la cause dissidente, pour des raisons assez évidentes: d’une part le risque est grand de se voir stigmatiser par l’establishment de “négationniste” et autres insultes – ce qui peut avoir des effets néfastes à titre aussi bien privé que professionnel. D’autre part cette question n’affecte et n’intéresse finalement que très peu de gens dans nos régions, la vaste majorité n’ayant aucune raison de s’attacher à remettre en question une construction médicale aussi éloignée des préoccupations quotidiennes que solidement ancrée dans les esprits par un marketing massif.  Néanmoins des gens sont constamment désinformés, soumis à la dictature médicale, malades et angoissés. L’argent du VIH/SIDA maintient la corruption des services de santé publique et de recherche par un permanent conflit d’intérêt, les “experts” censés conseiller ces services étant en même temps à la solde d’une industrie pharmaceutique qui gagne des milliards avec les tests et les tri-thérapies. Un demi-continent, l’Afrique noire, est stigmatisé pour une conduite sexuelle supposée générer des dizaines de millions de sidéens. Il y a donc dans cette polémique un enjeu fondamental moral mais aussi scientifique (l’allocation des fonds de recherche), de santé publique et de géopolitique. Ma propre motivation dans cette affaire n’est pas la défense de tel ou tel point de vue, mais de mettre ces questions sur la place publique et de casser le monopole de l’expression et de l’argent détenu par le camp officiel. J’estime, effectivement, que les questions qui planent sur la théorie officielle méritent des réponses.

Alors quel avenir pour le mouvement dissident? Un aspect de cette réunion très ensoleillée de Vers fut la rencontre de points de vue différents qui s’accordent sur le fait que le SIDA n’est pas un problème virologique, mais ne s’accordent pas sur la nature exacte du “SIDA” et donc sur les solutions à proposer. Certains pensent que le SIDA est uniquement une construction médicale regroupant un certain nombre de maladies connues dans un “package” vendu au public et utilisé pour le contrôle par la peur. Il convient alors de s’attaquer à la construction elle-même et laisser les médecins soigner les gens pour les maladies qu’ils ont vraiment, et uniquement celles-là. La notion de test fut souvent abordée, quels tests effectuer pour avoir une idée réaliste de son état immunitaire? Quel est l’importance des facteurs environnementaux et psychologiques? Il y avait dans l’assemblée plusieurs séropositifs confrontés à des questions littéralement existentielles et qui, au-delà des aspects scientifiques et politiques, venaient aussi chercher sinon des réponses définitives, du moins des pistes concrètes.

Il est clair qu’à de rares exceptions près tel Nexus,  les médias ne se mouillent pas dans cette affaire. Une raison évidente pour les médias grand public est leur dépendance envers les budgets publicitaires de l’industrie pharmaceutique, et pour les autres sans doute la peur du retour de flamme garanti à aborder un sujet aussi énorme. En effet, le mélange de la mort, du sexe et de l’argent n’est pas fait pour engendrer des réactions rationnelles, tout au contraire.

Une journaliste présente à la conférence a publié cet article sur le webzine Ouvertures.


HIV/AIDS dissident conference, June 2012, South... par rhubarbare

Lien permanent vers l'article complet

http://sida.sosblog.fr/Premier-blog-b1/Reportage-sur-la-conference-dissidente-VIH-SIDA-Pont-du-Gard-juin-2012-b1-p51.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)